jeudi 17 avril 2014

Comme une lubie de printemps...

J'ai envie d'un ravalement de façade.


Printemps 2009, sous la pluie...


Printemps 2014, sous le ciel gris...

Depuis que nous avons acheté la maison, il y a presque 7 ans, je rêve de refaire la façade. Ce n'est pas compliqué, c'est un plain-pied mais nous n'arrivons pas à passer à l'action. Il faut dire aussi que, notre fosse septique étant devant, nous attendons le passage du tout-à-l'égout prévu pour bientôt : 2011, 2012 puis 2013, 2014... Bref, bientôt !
J'ai envie de blanc, de gris-vert, de bleu ardoise, parfois même de vert anis ou de rose... Dans notre village, un lotissement est en construction. Les enduits sont beige, gris, voire noir ou bleu foncé. Je trouve ça joli mais un peu triste. Alors voilà, j'hésite ! Sans compter qu'il y a aussi la palette chromatique des volets de l'île de Ré... Avec une façade blanche, j'imagine bien les volets en RAL6021 (ci-dessous).


Et vous, qu'en pensez-vous ?
Bonne journée.


dimanche 13 avril 2014

Sentier de la Slack...

C'est une balade courte que j'aime bien faire le dimanche avec mari, chien et enfants et qui permet de pique-niquer dans les dunes. Avec les pauses, nous mettons presque 3 heures, mais rien à voir avec une marche forcée : on ramasse des galets, on fait des ricochets, on cherche les oiseaux que l'on entend chanter, les têtards dans les mares ou les grosses pommes de pin... S'il y a quelques zones ombragées, c'est tout de même une balade en plein soleil.

Habituellement, nous faisons le tour dans l'autre sens. Mais cette fois, nous nous sommes garés au Parking de la Slack avant de remonter l'allée pavée qui mène à la plage et au Fort d'Ambleteuse, sur la rive gauche de la Slack.


Puis nous avons longé le littoral avant de pénétrer dans la dune blanche, en respectant les balisages réglementaires.


Nous avons pique-niqué à la limite entre dune blanche et dune grise, entre oyats et argousiers.


Nous avons continué notre chemin le long de la plage en direction de Wimereux jusqu'au Parking des Allemands. Mais nous avons dû remonter par les dunes à cause de la marée haute.


A partir de là, nous entamons le retour vers la Slack à travers la dune grise et la dune à fourrés. 


Les paysages se succèdent, très variés : taillis ombragés, dune grise, pins, mares... 





La chienne fait tous les points d'eau... Après avoir bu l'eau de mer, elle a besoin d'eau douce ! Sur le sentier, les chiens doivent - en principe - être tenus en laisse.


Enfin, nous arrivons. Les premières prairies annoncent la civilisation et le parking. Les enfants ont fini le sentier pieds nus, du sable plein les poches, chacun un bâton à la main. Et moi, je ramène deux grosses pommes de pin et des photos ! 

Bon week-end !

samedi 12 avril 2014

Enquête au potager...

Il y a quelques jours, j'ai remarqué un amas étrange à l'arrière de mon bac à compost. Je n'ai pas cherché le pourquoi du comment et me suis juste dit qu'il faudrait utiliser ce bon compost dans un des bacs prochainement plantés. Quand j'ai installé mes potirons, j'ai pensé au compost à l'arrière du bac, difficile d'accès certes mais d'une belle qualité. Et puis, en y regardant de plus près, j'ai vu un trou ! Et à l'intérieur de mon bac, un trou identique ! Pas de doute, il s'agissait d'une entrée de terrier et d'une sorte de cheminée de ventilation !!! Aujourd'hui, sur la photo ci-dessous, le trou est partiellement bouché par de la mousse et des petits morceaux de bois...


J'ai fait quelques recherches sur Internet pour savoir de quel animal il pouvait s'agir, ma réaction risquant d'être différente s'il s'agissait d'un rat (pudiquement nommé "surmulot" dans la plupart des sites nature...), d'un hérisson ou d'un furet. Finalement, après enquête, certains indices me font davantage penser qu'il s'agit d'un hérisson. 



(Oui, j'ai des passe-temps sains : je photographie des crottes dans ma pelouse.)

Je n'ai pas encore vu l'habitant des lieux et n'ai donc pas confirmation de mon verdict mais je lui mets quand même quelques croquettes pour chat tous les soirs, croquettes qui ont disparu le matin, mais dans quel estomac ? Je ne sais pas ! Enfin, dans le bac à compost, les pelures de légumes ne disparaissent pas... Cet autre indice penche en faveur d'un hôte carnivore, ce qui est le cas du hérisson. Je vous tiens au courant si je croise l'animal ! 





lundi 31 mars 2014

Tandis qu'au potager...

Et bien, pas grand-chose... En ce dernier jour de mars, j'ai seulement remis un peu d'ordre dans les rectangles, soutenue moralement par mon chien... 


Les parcelles sont presque toutes vides et la serre n'a pas germée d'elle-même pendant l'hiver. Ben non, manifestement, ce n'est pas ainsi que fonctionne la nature. En revanche, les mauvaises herbes poussent, poussent et poussent encore. Mais non, diront certains, ce ne sont que quelques adventices qui colonisent les allées. Que nenni mon ami, mauvaise herbe, saleté d'pâquerette, chiendent, liseron ! Dans le nord, on les appelle des "ordures". Ben croyez-moi, je commence à les appeler comme ça !

Il y a quelques semaines, nous avons semé avec les enfants des radis de 18 jours qui ont déjà germé et résistent aux gelées nocturnes vaillamment. J'ai semé aujourd'hui plusieurs zones de petits pois mange-tout : l'équivalent de 2 parcelles au fond à gauche et 4 parcelles dans le rectangle du fond à droite. Enfin, à gauche, dans le même rectangle, celui avec la ciboulette et l'oseille, j'ai également semé de la salade à couper. Et au milieu, entre les petits pois et la salade, j'ai planté les rhizomes de dahlias qui ont passé tout l'hiver racines à l'air... Ouaip, pas terrible !

Bonne semaine !

samedi 29 mars 2014

Le livre du mois de mars...

Alors voilà, c'est arrivé... Je n'ai lu qu'un livre ce mois-ci. Enfin, même pas, parce que je ne l'ai pas encore fini ! Pourtant, ce n'est pas un roman acheté sur un coup de tête. Le magazine Lire le déclare meilleur roman de l'année 2012, Télérama le note TTT, Le Figaro est dithyrambique !

C’est un roman monstrueux qui se subit comme un fléau biblique dans une langue d’un autre temps. On n’a rien lu d’aussi dévastateur depuis des années. Nicolas Ungemuth, Le Figaro Magazine.

Pollock sublime l’immoral, touche par sa prose lumineuse et donne ici un livre marquant, bien dans la démesure américaine. Liliane Kerjan, La Quinzaine littéraire.

Ce livre, c'est Le diable, tout le temps de Donald Ray Pollock. Le problème, c'est que je lis le soir, avant de m'endormir, pour me poser après une journée de boulot. Ce que je cherche, c'est un peu de détente, du rire, de la poésie ou du suspens mais pas de la noirceur et de l'horreur à chaque page. J'espérais une note d'espoir avant la fin, mais je ne suis qu'à la page 192 de ce roman de 403 pages et je suffoque, j'étouffe sous  la crasse et le pathétique ! C'est très réussi, donc...


Je ne suis toutefois pas du genre à abandonner. J'ai donc lu entre temps Demain, j'arrête, de Gilles Legardinier, pas hilarant mais léger, histoire de changer d'air, ou plutôt d'en reprendre un peu avant ma prochaine immersion en apnée dans le glauque, l'abject et le dégueulasse... mais j'appréhende, je recule. Je vais m'y remettre mais, pas tout de suite. Pendant les vacances peut-être...


Et puis j'ai acheté Prodigieuses créatures de Tracy Chevalier...


dimanche 23 mars 2014

Coucher de soleil...


Depuis quelques semaines maintenant, je me suis remise à l'aquarelle. Et je bosse, j'vous assure, je travaille ! La thématique de la semaine dernière, c'était les ciels : ciel d'orage, soleil couchant, nuages... Alors je me suis remise à la photo, forcément... 
Bonne journée. (Et n'oubliez pas de voter... C'est un droit récent qui ne nous est accordé que depuis 70 ans !)

mardi 4 mars 2014

Grandes marées...



Avec les grandes marées, les vagues explosent sur les brise-lames de Wimereux. Les enfants ont cru passer entre les gouttes mais... râté !